Astronomie pour astrologues

Les premiers argueront que les seconds perdent un temps précieux, alors que les seconds de dire que les premiers ne savent pas, bien souvent, ce que fait le logiciel à leur place et qu'une panne informatique leur sera fatale. Et aucun d'eux n'a tort !

Moralité : que vous vous sentiez proche des premiers ou des seconds, quelques bases astronomiques ne peuvent pas faire de mal ! D'autant plus qu'au fur et à mesure que l'on progresse dans la pratique astrologique, elles deviennent indispensables pour savoir de quoi il est question.

Imaginons-nous face à un astronome amateur intéressé par l'astrologie et qui nous bombarde de questions à son propos. Ne donnons pas le bâton pour nous faire battre, et montrons lui que nous savons à quoi correspondent les termes que nous employons !

Oui, mais c'est difficile et pénible !

Il est vrai que ce n'est ni d'une grande simplicité, ni très attrayant. Mais ce cours est là pour y remédier. Nous reprendrons tout à zéro et même si les mathématiques vous donnent de l'allergie, laissez-vous guider. D'ailleurs ne nous attardons pas plus avant, et allons faire un tour au marché...

Donnez-moi une pomme et deux oranges à jus, s'il vous plaît

Voici une pomme :


et voici une orange :


Il existe beaucoup de choses qui différencient ces deux fruits, mais celle qui nous intéresse ici, c'est la façon dont nous allons les découper.

Coupez l'une de vos pommes comme si vous alliez la manger en quartier.Si tout se passe comme je le prévois, vous l'avez tranchée verticalement (de haut en bas) par le milieu.

Maintenant, prenez l'une de vos orange et coupez là comme pour la presser ensuite à l'aide d'un presse agrume. Contrairement à la pomme, vous l'avez tranchée horizontalement (de gauche à droite, ou de droite à gauche) même si pour cela il vous à fallu la tourner sur le côté, et vous avez essayez de faire deux parties égales.

D'autre part, si nous voulions donner un nom à la forme de ces fruits quand ils étaient encore entiers, nous dirions qu'ils sont tous deux sphériques. Ainsi, il est possible de découper une sphère verticalement par le milieu (comme la pomme) ou horizontalement en faisant deux parties égales (comme l'orange). Certes, ce ne sont pas les seules façons de découper une sphère, mais ce sont les plus "naturelles".

Pour notre planète Terre, il en est de même. Bien que nous ne puissions pas la couper en deux, ni dans un sens, ni dans l'autre, nous pouvons au moins marquer ces découpes sur un dessin. La "découpe" verticale est appelée "méridien" (pour le retenir, pensez au mot "pomme", se terminant par les deux lettres qui commencent le mot "méridien"), et la découpe horizontale est appelée "équateur".

Retenez bien ces termes et passons à la papeterie et à la mercerie...

Je voudrais un feutre et une aiguille tricoter

Buvez votre jus jus d'orange, mangez votre pomme, et prenez l'orange qui vous reste. A l'aide de votre feutre, tracez approximativement le méridien et l'équateur du fruit . Vous devriez obtenir ceci :

Attrapez votre aiguille à tricoter toute neuve et transpercez le malheureux fruit de haut en bas, comme ceci :

L'axe central qui est ici matérialisé par l'aiguille est appelé, par rapport à la Terre, l'axe des pôles. Là où l'aiguille est entrée dans le fruit (en haut), c'est le pôle nord, là où elle en est ressortie (en bas), c'est le pôle sud.

A présent, maintenez votre aiguille légèrement de biais et faites là tourner entre vos doigts.

Des fruits, des feutres et des aiguilles, c'est bien, mais à quoi ça sert ?

Ne vous impatientez pas, j'y viens tout de suite.

Ces quelques éléments vont nous permettre de repérer n'importe quel endroit de la Terre, n'est-ce pas fantastique ? Mais avant de nous réjouir, voyons tout de suite comment cela est possible.

Nous avons parlé de l'équateur (rappel pour ceux qui chahutaient dans le fond, c'est la découpe horizontale). Nous pouvons dire d'un endroit quelconque de la Terre, s'il se trouve au-dessus ou en-dessous de celui-ci. S'il se trouve au-dessus, on dit qu'il est dans l'hémisphère nord (hémisphère signifie la moitié d'une sphère, et nord parce que cette moitié se situe du côté du pôle nord), s'il se trouve en-dessous, on dit qu'il est dans l'hémisphère sud (pour les mêmes raisons).

De la même manière, on peut dire qu'un lieu est à gauche du méridien, ou à droite de celui-ci.

Certes cela reste un peu vague ! De combien au-dessus ou en-dessous, à droite ou à gauche... Comment préciser ?

Pour cela, regardons notre bonne vieille Terre (ou votre orange) vu de côté. Son équateur est une ligne droite horizontale découpant le cercle en deux parties égales. Le centre du cercle se trouve au croisement entre l'équateur et l'axe des pôles :

Petit rappel mathématique : Vous savez (parce que vous faites déjà de l'astrologie ou parce que vous l'avez appris à l'école) qu'un cercle se mesure en degrés (°) et qu'il en contient 360. Cette mesure est appelée "mesure d'arc". Un quart de cercle fait 90° (360 divisés par 4).

Puisque l'équateur est notre référence, il nous servira de point de départ (0 degré). Noublions pas que nous voulons simplement savoir si notre lieu se situe au-dessus ou en-dssous de celui-ci. Donc, s'il se situe entre 0 et 90° vers le pôle nord, il se situe au-dessus. S'il se situe entre 0 et 90° vers le pôle sud, il sera en dessous (voir schéma). Par exemple, le lieu appelé "lieu 1" sur notre schéma, se situe à 30° vers le pôle nord, que l'on écrit 30°N. le lieu appelé "lieu 2", se trouve à 45° vers le pôle sud, que l'on écrit 45°S. On peut être beaucoup plus précis car 1 degré se divise en 60 minutes (à ne pas confondre avec les minutes de temps qui sont autre chose !). L'abréviation de la minute d'arc est l'apostrophe (alors que celle de la minute de temps est "mn"), par exemple 32 degrés 21 minutes s'écriront : 32°21'. La minute elle-même se divise en 60 secondes (encore une fois, à ne pas confondre avec les secondes de temps dont l'abréviations est "s"), son abréviation est le double apostrophe, par exemple, 32 degrés 21 minutes 12 secondes, s'écriront : 32°21'12''.

Nous savons donc mesurer l'emplacement vertical d'un lieu, cette mesure est appelée la latitude.

Il nous reste à déterminer comment on peut définir l'emplacement horizontal de ce même lieu.

Sur notre orange, nous avons tracé le méridien. Imaginons que nous ayons tous eu exactement la même orange. J'aurais pu alors vous demander de tracer le méridien (ligne reliant les deux pôles pour ceux qui n'ont pas suivi) passant par la petite tâche brune, et nous aurions alors tous la même référence. Seulement nous n'avons pas la même orange. Par contre, nous avons la même Terre. Traçons donc un méridien passant par exemple par la ville de Greenwich en Angleterre. Ce méridien est appelé "méridien origine" ou "méridien de Greenwich" c'est celui-ci qui nous servira de référence.

Regardons la Terre en vue 3D :

Nous y voyons le méridien de Greenwich tracé en bleu. Nous allons opérer exactement de la même manière qu'avec l'équateur. Le lieu 1 du shéma se situe à droite du méridien (autrement dit à l'est de celui-ci), à une distance de 95°. On dit alors qu'il est à 95 degrés Est, ce qui s'écrit 95°E. S'il s'était trouvé à gauche du méridien, nous aurions écrit 95°O (O pour ouest). Ouest en anglais, s'écrivant "West", on trouve parfois la notation 95°W. Nous savons donc aussi mesurer l'emplacement horizontal d'un lieu. Cette mesure s'appelle la longitude.

Rassemblons nos connaissances

Prenons le lieu marqué "Lieu 2" sur le schéma du paragraphe précédent. Ce point se situe à 35° au-dessus de l'équateur et à 95° à droite du méridien de Greenwich. Les coordonnées de Lieu 2 seront donc 35°N - 95°E.

Ce système de coordonnées utilisant la latitude et la longitude est appelé système de coordonnées équatoriales.

Jusqu'à présent, nous ne savons que définir l'emplacement d'un point sur la Terre. Cependant, nous verrons prochainement que la même technique est utilisée pour savoir où se trouve un astre quelconque...

Partager ce contenu