François de Bonatis : Des Directions


Parmi ces fictions, un bel exemple est celui des Directions Primaires où le significateur, restant immobile dans le Monde, se déplace d'Occident en Orient par rapport au Premier Mobile et où le prometteur se déplace par rapport au Monde d'Orient en Occident, tout en restant immobile sur le Premier Mobile; le contraire ayant lieu en directions converses. Tout ceci est absurde car il est contre la raison de renverser l'ordre du Ciel. La démonstration en est facile : Tous les astres sans nul doute continuent à se déplacer après la naissance, chacun avec son mouvement particulier tant dans le Zodiaque que dans le Monde. Il est donc illogique de décider au hasard que certaines planètes seront immobiles dans le Zodiaque tandis que d'autres le seront dans le Monde. Par suite, tout ce que l'on enseigne au sujet des Directions est faux. Tous les calculs inventés pour prédire les événements sont faux. Diriger une cuspide vers un astre ou une planète vers une cuspide est illogique puisque ces lignes, introduites pour opérer les divisions, sont imaginaires. Elles ne doivent être prises en considération que si une planète s'y trouve ou si, dans le .cas de l'AS ou du MC, un corps céleste est symétrique d'un autre par rapport à ces lignes. Ainsi les Directions de maisons n'ont aucune existence réelle. Et pourtant elles semblent apparaître dans nos Directions; mais leurs déplacements dans celles-ci n'ont pas lieu arbitrairement, mais par suite du mouvement diurne réel du Soleil.

La direction Lunaire suivant laquelle on déplace la Lune journellement d'un degré comme on le fait pour le Soleil est également contraire à la nature et aux faits, car c'est un fait que la Lune parcourt environ 14° pendant que le Soleil en parcourt un seul. Comment donc se fier à cette direction? Toutes ces sornettes ont été inventées pour concorder avec certains événements. Mais comme de nombreuses prédictions ne s'accomplirent point, on multiplia à l' infini le nombre des facteurs, ce qui est vraiment ridicule: ainsi on raccourcit la vie du fait d'un carré ou d'une opposition à l'Ascendant ou au MC provenant d'un maléfique et même d'un non maléfique, comme le Soleil, alors que celui-ci a été constitué en donneur de vie. Ils ont fait anérètes la Maison IV et la Maison VIII quand les luminaires s'y trouvent. Quoi encore? Ils ont fait Jupiter donneur de mort. C'est ce qu'a fait Argole dans le thème de Jean Columna, Patriarche de Jérusalem. Il dirigea Jupiter au carré de l'Ascendant et en déduisit la mort de celui-ci. Quoi de plus inconsistant, de plus absurde? Placide de Titis, qui pourtant ne rejette rien des théories antérieures à lui, note cette idiotie dans son « Primum mobile ». Je ne nierai pas cependant que parfois un bénéfique puisse devenir maléfique, mais s'il ne blesse pas un Luminaire il ne peut être anérète, ni annoncer du mal par un seul mauvais aspect. « Le Bon donne toujours le bon, à moins d'être corrompu par le Mal. »

Si je voulais récuser une à une toutes ces sottises, je devrais revoir toute l'œuvre astrologique. Ceci n'est point mon affaire et je passe. Mais je dois certifier cependant que pour les thèmes transmis par Argole et autres professeurs, ceux-ci dans leur examen des directions mortelles, utilisent des facteurs le plus souvent contraires à la raison et aux fondements de l'Astrologie. Mon maître, le très éminent Gonfalonerius, si le temps le lui permettait, ferait l'examen de tous ces thèmes et montrerait comment ces Anciens se sont écartés des véritables causes. Au moment de la mort, on doit se rapporter à l'affliction des Luminaires et non à 600 inventions dont les règles ont été forgées pour les besoins de la cause.

Les Directions que Placide appelle secondaires (et qu'il aurait dû nommer primaires, car ce sont les seules réelles) furent en partie élucidées par son esprit si pénétrant. Toutefois il n'en fut pas l'inventeur, car pour moi, el1es remontent à la plus haute antiquité. Julius Firmicus Maternus en examinant dans son ouvrage le thème de Lolianus, y fait en effet allusion. Il écrit:
« Mais ensuite l'influence bénéfique de Jupiter commença à diminuer parce que la Lune constituée en Lion envoya une opposition à Mars le 3me jour après la naissance. » Origanus effleure le sujet mais confusément et indirectement dans son « Astrologie Naturelle », livre IV, chap. 2 . Il n'est pas étonnant d'ailleurs qu'il nous reste si peu de choses car le temps consume tout comme le chante Frascatorius :

parce que la longue vétusté
s'abattant quelque part, efface et les choses et les noms;
les descendants ne pouvant connaître les tombeaux des ancêtres.

Gonfalonerius les a exhumées, après une compilation très sérieuse, les a rédigées selon l'ordre naturel qui présida à l'érection de cette machine d'Archimède où tous les mouvements célestes étaient représentés. Ce qui. fut quelquefois revit; rien de nouveau sous le Soleil.

Un temps viendra où dans la nuit noire, gisante, elle dormira
Livrée à la mort; puis de nouveau après de longs siècles
Pareille à elle-même elle resurgira: elle reverra le ciel et les vents
Et de nouveau l'époque l'admirera.
FRASCATORIUS

De même dans nos directions, on retrouve tous les mouvements qui se succèdent naturellement après la naissance. On y découvre même toutes les inventions que nous avons passées en revue mais avec cette différence que ni les prometteurs, ni les significateurs ne sont constitués immobiles. Ici aucune fiction, tout est conforme à la nature et à la raison.

En les examinant bien, nous voyons en quoi elles se différencient. Alors que les anciennes reposent sur diverses méthodes différentes, les nôtres constituent un seul ensemble où même les directions que l'on nomme primaires sont comprises... Je vais indiquer comment on doit les calculer, sans toutefois entrer par trop dans les détails, car pour cela il faudrait tout un volume.

Supposons le thème radical exactement calculé à l'aide de tables récentes et précises. Supposons également que la véritable rectification ait été faite (nous. en parlerons dans un autre chapitre ainsi que de l'heure estimée). TOUTES LES CONFIGURATIONS PLANETAIRES QUI SUIVENT L'HEURE ET LE JOUR DE LA NAISSANCE CONSTITUENT LES DIRECTIONS EN QUESTION. LES JOURS SUCCESSIFS CORRESPONDENT AUX ANNEES SUCCESSIVES ET LES FRACTIONS DE JOURS AUX PORTIONS D'ANNEES. C'est ce qu'affirme Galenus lorsqu'il dit: « Les parties du jour naturel correspondent aux parties de l'année. » Toutes les configurations qui ont lieu un .jour donné pour les Luminaires ou les Angles agissent au cours de l'année correspondante; en remarquant bien que les planètes calculées pour le jour suivant à l'heure de la naissance correspondent à 1' année suivante et que puisque 24 heures sont attribuées à l'année, deux heures correspondent à un mois. Ainsi donc chaque fois que de bons aspects se produisent sur les luminaires ou entre les planètes, ils annoncent de bons événements, ou s'ils sont mauvais, de fâcheux. C'est cette analogie des années au jour qui a dû conduire à la notion d'année climatérique car la Lune, lorsqu'elle parvient à ses carrés et à son opposition avec sa position de naissance, marque les années climatériques et ce qui en dépend. Et si à ce moment-là elle tombe en mauvais aspect avec les maléfiques, et que le Soleil soit en même temps maléficié, l'on doit craindre très sérieusement pour la vie du natif puisque la Lune est la cause déterminante.

LES ASPECTS QUI SUIVENT LA NAISSANCE DU NÉ ANNONCENT ET REGLENT A L'AVANCE TOUS LES BONS ET MAUVAIS EVENEMENTS DE SA VIE. MAIS ILS NE PRODUISENT AUCUN EFFET TANT QUE LE MOMENT N'EST PAS ARRIVÉ. Les aspects ne jouant qu'au temps fixé, l'enfant ne subit donc pas ceux qui se produisent durant les jours suivant sa naissance, mais il en reçoit l'empreinte de telle sorte qu'en leur temps ils produiront l'effet déterminé. Plus les aspects s'éloignent de la naissance, plus ils sont imparfaits et plus de temps sera nécessaire pour qu'ils viennent à échéance. Nous savons en effet que les semences peuvent germer subitement mais qu'elles ne mûrissent que peu à peu au temps prédéterminé par le Soleil et par les planètes. Et pourtant ici dès le début toute la substance était présente mais pas encore arrivée à maturité et ce n'est que lentement qu'elle est conduite vers la perfection au jour indiqué. Comme le dit Jean Nardin: « Où se trouve, au nom du Ciel, la joie cachée? Les fruits verts, si tu les mords ne te livreront que de l'amertume. J'ai vu l'action persévérante et émolliente du Feu adoucir souvent les « sucs amers et les transformer en nectar. » Les Astres n'opèrent pas différemment chez le Natif. Nous subirons en temps donné les événements conformes à notre âge et à notre tempérament qui, s'ils sont défavorables, détruiront notre vie; s'ils sont favorables, la fortifieront. Toutes ces directions sont soit en accord soit en désaccord avec le Radix, d'où la qualité des effets.

Toutes les impressions et toutes les mesures des Astres, principalement celles du Soleil que nous avons pris comme loi, nous les ramenons à son mouvement, car l'influx solaire est très puissant sur le tempérament du natif. Son empreinte est la plus forte et par elles ses tendances générales peuvent être connues car C'EST D'APRES LA POSITION DU SOLEIL EN MAISON QUE L'ON DOIT CONSIDERER TOUS LES ASPECTS TANT SUR LE PREMIER MOBILE QUE DANS LE MONDE.
LE LIEU DU MONDE OU LE SOLEIL SE TROUVE AU MOMENT DE LA NAISSANCE A UNE GROSSE INFLUENCE, ET CHAQUE FOIS QUE AU SECOND JOUR OU AUX JOURS SUIVANTS, IL REPASSERA SUR CE POINT (LES ARCS ETANT PROPORTIONNELS) , IL REVEILLERA LA QUALITÉ DONNÉE PAR LA PREMIERE POSITION ET LA POUSSERA A SE MANIFESTER EN RAPPORT A SES ASPECTS ET A CEUX DES AUTRES PLANETES. C'EST POURQUOI IL DOIT ETRE TOUJOURS GARDÉ DANS LES DIRECTIONS A LA MEME POSITION MONDIALE POURVU. QU'IL Y PARVIENNE D'UN MOUVEMENT NATUREL ET RÉEL A L'HEURE DE LA NAISSANCE ET APRES UNE OU PLUSIEURS REVOLUTIONS DIURNES.
SI LORS DE CE RETOUR DU SOLEIL A SA POSITION MONDIALE RADICALE, IL SE PRODUIT DANS LE ZODIAQUE OU DANS LE MONDE DES ASPECTS PLANETAIRES, CEUX- CI S'ETANT PRODUITS A L'HEURE DE LA NAISSANCE AURONT UNE IMPORTANCE CONSIDERABLE AUX ANNEES CORRESPONDANTES DE LA V.IE DU NATIF.

Les exemples qui suivent mettront cela en évidence et montreront en outre, à quiconque le désire, la façon d'opérer.


Si à quelques-uns ce que je viens de dire paraît obscur, cela n'est point ma faute, mais celle du lecteur. Mon rôle n'est point de rentrer dans des explications détaillées. Il suffit d'avoir exposé les règles principales des choses cachées. La doctrine est latente au cours de ce chapitre, mais il serait choquant que tout ce qui a été acquis par mon maître au cours d'un énorme travail soit livré à n'importe qui. D'ailleurs le fait regrettable de philosopher en public entraîne le mépris des choses divines. Nicêphore Grégoire le montre bien en nous contant que, lorsqu'il apprit l'Astronomie auprès de Théodore Métochite, celui-ci ne lui livra pas au début toute sa science, car le professeur n'avait pas encore reconnu les dispositions de son élève. Les maîtres ont toujours usé de la plus grande réserve en communiquant les arcanes de leur science. Strabon, au sujet des prêtres égyptiens, écrit:

« Ces prêtres très savants dans les choses célestes, conservaient ces arcanes et ne voulaient les communiquer à personne; cependant, vaincus par le temps et les demandes réitérées, ils révélèrent quelques sentences, mais en occultèrent de nombreuses. »

Ce que je viens de rédiger brièvement, je n'en suis ni le découvreur, ni l'auteur. Si je n'en dis pas davantage, ce n'est pas pour cacher mes connaissances, mais par révérence pour mon maître.

Partager ce contenu