Jérôme Cardan (1501-1576)


Il est surtout connu pour sa formule de résolution des équations du troisième degré (formule de Cardan) et du quatrième degré ; pour l'invention du mécanisme rendant les boussoles indépendantes des mouvements du navire (suspension à la Cardan) ; et pour l'ajout d'une lentille à la chambre noire, lui permettant la reproduction exacte des perspectives.

Il termine la rédaction de son autobiographie Liber de Propria Vita peu avant sa mort à Rome le 20 septembre 1576.

La rumeur veut que Cardan se soit suicidé à cause d'une fausse prédiction astrologique sur sa mort.

Sa pensée

Parmi la multitude de ses idées, on retiendra des considérations importantes sur la diversité des oeuvres de la Nature, la magie naturelle, les monstres et les prodiges, et le mouvement. Il réduit les quatre éléments à trois, faisant du feu un mode d'existence de la matière, et les quatre qualités à deux (chaud et humide). Grâce à la loi d'analogie, il relie le tout à un principe "unique, indivisible et absolument simple". Il prend comme fondement de sa conception de l'univers, la théorie du microcosme et du macrocosme, faisant de l'homme le témoin et l'agent de cohésion par excellence. Il se référera constamment aux astres qui jouent pour lui un rôle capital dans le cohérence du Tout.

Son oeuvre

Il écrivit plus de deux cents traités outre les cent vingt qu'il détruisit.
Son oeuvre touche les domaines de :

* La philosophie : De la sagesse (1544), La science du monde où la sagesse civile (1566), De la subtilité (De subtilitate, 1550), La variété des choses (De rerum varietate, 1557).
* L'algèbre : Ars magna sive de regulis algebraicis (1545).
* L'arithmétique : Practica aritmeticè et mensurandi singularis (1538).
* Les probabilités : Liber de ludo aleae (qui constitue le premier traité systématique de probabilités).
* L'anthropologie : De utilitate ex adversis capienda (1561), qu'il rédigea à la suite du meurtre de sa belle fille par son propre fils.
* L'astrologie : De l'algèbre à l'astrologie (laissé sous forme de manuscrit).
* Et d'autres ouvrages sur la cosmologie (il commente Ptolémée en 1554), la religion, l'occultisme, la construction des machines, la mécanique, la cryptologie et la musique.

Partager ce contenu