Le moment astrologique qui rend les choses éternelles


La configuration astrale qui empêche la corruption

Paracelse (1493-1541) fut un médecin allemand. Pour tout ce qui concerne la transformation de la matière (alchimie), il est un maître incontesté. Il est à l'origine de nos élixirs floraux. L'homéopathie repose sur des principes que nous trouvons déjà dans ses écrits.

Vous souhaitez conserver longtemps les fleurs et les fruits que vous cueillez ? Vous souhaitez du bois qui dure et qui ne se putréfie pas ? Il existe une configuration idéale pour cela. Il la nomme « temps balsamique ». Le mot « balsamique » signifie ici « qui embaume la chose », qui l'empêche de se corrompre.

Dans son traité DE LA DIFFERENCE DES TEMPS, Paracelse nous révèle cette configuration idéale. C'est-à-dire la meilleure configuration pour que les choses se conservent, pour qu'elles évitent la putréfaction.

Si les fruits sont cueillis et coupés pendant la configuration idéale, « ils se conservent beaucoup plus longtemps et pourrissent moins que d'ordinaire ». Pour votre charpente et les travaux du bois : « tout bois qui sera coupé ou abattu dans les signes balsamiques… et sera utilisé pour bâtir ou pour tout autre usage – et non seulement pour être brûlé ou pour faire du feu – on n'y trouvera point de vermine et il ne sera pas habité par les vers ; il ne pourrira point rapidement et durera plus longtemps. » Ce qui est vrai pour le bois l'est enfin pour la terre, lorsqu'il s'agit de poterie ou d'agriculture : « Ainsi aussi faut-il l'entendre avec la glaise, l'argile et pour bêcher la terre. Car une glaise ou une terre qui a été bêchée pendant un temps balsamique est la meilleure qu'on puisse employer au feu, et tous les instruments – creusets et fours – qui sont faits avec elle sont plus valeureux dans le feu. »

Dans l'année, dans le mois, dans la journée

Voilà le secret de cette configuration. Si vous avez le choix de la saison, préférez l'automne : « C'est d'abord, parmi les quatre temps de l'année, l'automne qui est le meilleur ; et, parmi les mois, septembre et octobre. »

Quel moment de la lunaison permet-il la meilleure conservation ? C'est en lune décroissante, pendant les trois jours qui précèdent la nouvelle lune. De préférence au petit matin, avant le lever du soleil. « Si l'on considère la lune, le mieux est le déclin, immédiatement dans les derniers trois jours et au petit matin dans le commencement du jour… Et chaque fruit qui a été cueilli après minuit ou avant le lever du soleil se maintient le plus longtemps. »

Sans rien connaître à l'astrologie, vous pouvez respecter les règles qui précèdent. Pour le choix de la saison, c'est simple. Pour la lune, il suffit de se rappeler que la nouvelle lune, c'est le rond noir sur les agendas.

La règle qui suit demande une petite connaissance de la science des astres. Si vous avez le choix du signe du zodiaque, la lune décroissante est encore plus efficace quand elle traverse un signe de Terre (Taureau, Vierge, Capricorne). « Car en ces temps, il n'y a pas de luxuriance ou trop d'humidité dans tous les fruits et toutes les plantes de la terre, luxuriance et humidité qui sont cause de pourriture et de déperdition de force. »

Récapitulons sous la forme d‘un petit tableau.


Des histoires de bonne femme ?

Vous n'y croyez pas ? Paracelse vous lance un défi : « Mais pour que tu voies que cela est vrai, apprends-le par un exemple : coupe un morceau de bois d'un arbre, quand celui-ci est encore en terre, en un temps balsamique, comme susdit ; puis dans un autre temps qui est contraire (dans un signe d'air ou d'eau, comme les Gémeaux, la Balance, le Verseau, le Cancer, le Scorpion ou les Poissons ; ou bien dans la lune ascendante, ou dans la nouvelle lune ; ou bien encore pendant la journée, après midi, ou quand le soleil se couche) coupe aussi une branche du même arbre, de taille identique…»

Autrement dit, si un esprit fort estime que ces règles n'ont aucune valeur et s'il est en train de construire (ou restaurer) sa charpente, mettez-le au défit de prendre le contrepied des instructions de Paracelse. Chiche !

Partager ce contenu