Morin de Villefranche : Le dernier astrologue officiel


Quand Anne d'Autriche fut sur le point d'accoucher, Morin s'installa sur la terrasse du château et commença à observer le ciel avec sa lunette. Jusqu'à ce qu'un serviteur vînt le prévenir que l'enfant royal avait poussé son premier cri. Morin fut ensuite pensionné par Mazarin.

L'œuvre scientifique

Morin innova en matière d'observations astronomiques et dans le calcul des longitudes géographiques. Descartes lui demanda d'avoir accès à ses instruments de mesure.

L'héritage astrologique

Morin engagea une brillante réforme de l'astrologie. Il chercha les règles qui se tiennent derrière les multiples aphorismes des astrologues anciens. Il tenta d'élaborer une méthode d'interprétation.

Il chercha à établir une astrologie qui puisse être acceptée par tant par les milieux scientifiques que par les théologiens.

Le résultat de son travail fut publié sous la forme d'un gros volume titré Astrologia Gallica (Astrologie Française). Il eut la mauvaise idée de le publier en latin, langue utilisée par les lettrés de l'époque. Si bien que ce travail tomba peu à peu dans l'oubli. De ce gros volume, deux chapitres ont été traduits en français ; l'un est consacré à l'astrologie mondiale et météorologique, l'autre à la méthode d'interprétation. Les autres sont enfin en cours de traduction.

Partager ce contenu