Quand l'Eglise arménienne aime l'astrologie



Pour s’inscrire aux forums (gratuits), cliquer sur l’onglet « forums » de ce site.


Saint Nersès Snorhali (1102-1173) est un des auteurs des plus féconds et aimables du 12e siècle, en Arménie cilicienne. Dès l'âge de vingt ans il a commencé à écrire comme Prêtre, puis comme Evêque et enfin comme Patriarche de l'Eglise d'Arménie (1166-1173). Nous avons de lui des hymnes admirables que l'Eglise arménienne chante jusqu'à maintenant, des écrits nombreux en vers comme "l'Histoire de l'Arménie", "la Complainte d'Edesse", "Jésus, Fils unique du Père", "Poème sur la Foi", le "Poème sur le ciel et ses Splendeurs"...

Ce dernier poème a été composé sur la demande de son médecin et ami: Mekhitar Hératsi, aux alentours de l'an 1160. Nous sommes heureux d'offrir au public la première traduction en français de ce beau Poème. Beyrouth, le 21 Mars 1999

LE CIEL ET SES SPLENDEURS

LE CIEL

1 - Je suis une nature créée qui eus un commencement:
Par l'Etre incréé je fus tendu comme une voûte sans pareille.

2 - Je sépare les eaux d'en haut et celles d'en bas,
Comme le raconte à mon endroit Moïse à la parole divine.

3 - Moi, je suis un intermédiaire entre les incorporels et les corporels;
J'ai en moi les particularités des deux natures.

4 - A l'instar des incorporels, je ne puis être palpé avec les mains;
De même à l'instar des corporels, je suis visible aux yeux.

5- Je suis homogène, de même couleur, tout à fait semblable;
Je suis la cinquième enveloppe des quatre (éléments) dont (les êtres) naquirent.

6- Je suis sans quantité, et pour la mesure, incommensurable;
Cependant je suis mesuré aussi avec une palme, bien que non humaine.

7- Je contiens en moi des êtres insensibles et sensibles;
Je suis contenu par un Autre, sublime, invisible.

8- Je suis arrondi, hémisphérique, comme une coupole;
Stable de nature, (mais) mobile de moi-même, instable.

9- Je suis le fondement et l'achèvement de ces êtres matériels:
Abîmes profonds, hauteurs élevées lorsque je m'élève.

10- Je ne suis ni abîmes définis, ni hauteurs définies, immuables:
Car je ne suis pas fixe toujours au même endroit, mais en circuit.

11- C'est que les abîmes sont aussi les mêmes hauteurs élevées,
Et les hauteurs sont aussi les mêmes abîmes inférieurs.

12- Je suis sans cesse en mouvement, je vole rapide, hors d'atteinte;
Je ne m'arrête pas de me mouvoir, pas même un clin d'œil.

13- Je suis le plafond du toit de la maison du Grand, étendue tout autour,
Ne s'appuyant sur rien: point de colonnes tout autour pour le soutenir.

14- Car Il m'a tendu et déployé telle une tente,
En ne la fixant point avec des cordes, mais seulement avec (sa) parole.

15- Par la longueur des temps, moi, je ne vieillis pas,
Et de ma couleur resplendissante je ne m'en départis pas.

16- Ma couleur est comparable à celle de la vue des yeux;
En la contemplant toujours, on ne court ni péril, ni ennui.

17- Par le sifflement des vents je ne suis pas ballotté, mais je reste debout;
Par le tonnerre je ne suis point ébranlé, mais fortifié.

18- Car ceux-ci sont en mon sein, depuis qu'ils sont nés;
Et ils se meuvent selon mon gré: ce ne sont pas des révoltés.

19- C'est moi qui suis la cause des trois genres de vie:
Celui des aériens, celui des terriens et celui des marins.

20- A leur mort, moi de nouveau je deviens leur tombeau,
Et (le lieu) de la résurrection de la seule nature pensante.

21- Je suis l'entrepôt de toutes les richesses
Qui sont précieuses et glorieuses auprès des hommes.

22- Je distribue à tous les parcelles de la durée:
A certains je donne beaucoup de jours, à d'autres moins.

23- Non point de moi, mains c'est d'en haut qu'ils sont départis
De la part de Celui qui sait donner l'utile aux fils des hommes.

LE SOLEIL

24- Je possède une escarboucle (1) resplendissante,
Placée sur la poitrine, à l'instar de l'éphod d'Aharon.

25- Tel un époux (2) il est désirable par l'ardeur de l'amour:
Il ouvre ses bras à l'humidité de son épouse (3).

LA LUNE

26- Mais pour la nuit, j'ai celle qui brille blanchâtre, pareille au cristal,
Qui toujours croît et décroît tous les quinze jours.

27- Elle mesure le nombre de la durée des jours des hommes,
Ce que chante aussi la lyre à dix cordes de David.

28- Elle favorise la passion de l'humidité et de la matière;
Elle les unit en un mariage brûlant.

29- De leur union intime naissent tous les êtres:
Végétaux, plantes et êtres sensibles qui respirent.

LES PLANÈTES

30 - En vérité, en moi se trouvent sept (4) veilleuses allumées:
Errantes, elles donnent un signe infaillible aux hommes.

31- Elles possèdent en elles le nombre des jours de la création
Et le mystère des sept périodes de l'achèvement (5).

LES DOUZE SIGNES DU ZODIAQUE

32- Il se trouve aussi en moi une ville glorieuse en rotonde,
Flanquée de douze (6) tours en forme de vivant.

33- Ces tours sont les stations de mes sept planètes;
En y entrant celles-ci influent à l'avance sur l'avenir.

34- À propos de certaines d'entre elles, les connaisseurs disent et promettent que ce sera bien;
Pour d'autres, ils disent que ce sera mal.

35- Il arrive que ce qu'ils ont dit se réalise et s'accomplit;
Il arrive aussi que leurs pronostics s'avèrent faux et vains.

36- Et pour ce fait, il y a une raison très mystérieuse;
Ce que nous dirons brièvement à l'oreille qui entend.

37- Bien qu'elles soient sans vie et privées de raison,
Cependant par leur mouvement particulier elles ont une signification.

38- Ce n'est pas par leur sens qu'elles produisent ce qui est utile,
Mais par la Parole avec laquelle fut créé le ciel.

39- Et il n'y a rien d'étonnant pour les merveilles qui se hâtent ici;
Comme quoi par leurs mouvements les faits deviennent à l'avance connaissable.

40- Si les êtres non-raisonnables furent destinés véritablement à cela,
Alors dès l'origine on obtient force de science.

41- Aux formes variées en attribuant des significations,
Ils annoncent aux êtres raisonnables l'avenir.

42- De même, la nature de l'eau est doublement significative:
Elle a été destinée à désaltérer et à inonder.

43- Le feu aussi réalise en soi des effets opposés:
Il a la force d'éclairer et d'incendier.

44- D'un côté, ils ont été créés bons et utiles,
De l'autre, ils ont pris l'habitude d'être méchants et destructeurs.

45- Ce n'est pas par eux-mêmes, suivant leur gré, qu'ils se transforment en ces états,
Car les êtres sensibles n'ont point une nature changeante.

46- Mais c'est bien le Créateur qui a mis en eux ce fait naturel;
Et il n'est pas possible de le modifier, sauf par sa permission.

47- A présent, si des êtres chétifs ont été crus,
C'est par moi qu'ils furent préparés pour connaître l'avenir.

48- Il n'est point déplacé de connaître qu'ils y furent ordonnés:
Ma splendeur éclatante, c'est de posséder comme intelligibles, les mystères.

49- Mais ceux qui sont formés seulement par une étude ordinaire
Et dont la nature de (leur) esprit est impure,

50- Ceux-là ne deviennent pas compétents pour les mouvements obscurs et délicats;
C'est pourquoi très souvent ils disent des choses erronées.

51- Si les brouillards qui couvraient la lumière de la vue de l'intellect,
- Et qui sont les foules des péchés et des occupations de choses vaines, -

52- Par le vent de l'Esprit ils les chassaient,
Et rendaient (leurs) âmes, demeures pures et saintes de l'Esprit,

53- Obtenant (ainsi) des yeux plus capables pour discerner,
Ils verraient sans erreur les mouvements des miens (7).

54- À l'instar des anciens, eux qui parvinrent à cette science,
En s'éloignant des plaisirs du corps.

55- Certains entraient dans des jarres pour s'isoler;
D'autres habitaient les déserts, tels des ermites.

56- Et Celui qui octroie la miséricorde à tous,
Ils Le suppliaient de (leur) ouvrir le sens de l'esprit.

57- (Quant à Lui) Il leur accordait sa propre sagesse
Pour la mêler en secret à leurs études et leur effort.

58- De nouveau, il y a une autre cause aussi de se tromper
Avec la permission de la volonté propice du Créateur:

59- Pour qu'on ne croie pas que ceux-ci (8) sont les auteurs de cette science,
Et qu'ils ne s'écartent de leur Créateur.

60- Ceci aussi est objet de recherche pour l'esprit des Sages:
Pourquoi donc par leur intermédiaire a-t-il été donné ce sens à la raison?

61- Parce que, quand l'homme créé par Dieu, Adam
Perdit par le péché la grâce gratuite, donnée par le Seigneur,

62- A ses enfants pitoyables, malheureux,
Cette moindre sagesse fut accordée par le Créateur,

63- Pour prédire aux hommes mauvais événements
Afin que par les prières adressées à Lui, ils soient sauvés dans la tentation.

64- Comme ceux qui sont devenus experts en ce métier,
D'après cette parole ils manifestent et confirment cela.

65- Pas moyen, lorsque les épreuves arrivent à l'homme,
Que quelqu'un en soit délivré sinon par la sainte prière,

66- De même que les rêves, provenant de cauchemars effrayants,
Furent transformés en bien, grâce aux supplications.

67- Connais aussi cela, ô Sage et Penseur,
Que cet art était auprès de la maison d'Abraham.

68- Moïse aussi et d'autres élus furent exercés en cela:
Scruter les œuvres, tout le sens de la Création.

69- Toutefois non point par des fables trompeuses
Mais avec un esprit vrai, clair et pur.

70- De même que Paul écrit dans l'Épître aux Romains:
"Les hommes connurent Dieu par les créatures".

71- Cependant les païens s'éloignèrent du Créateur
Et ils eurent l'impudence de refuser à Dieu ses œuvres.

72- C'est pourquoi la lumière de (leur) esprit s'est obscurci
Et ils tombèrent dans les radotages de vieilles femmes.

73- Je laisserai de côté les insensés d'esprit qui furent trompés
Et je retournerai vers ce que j'ai commencé pour la louange des miens.

LES ETOILES

74- Il se trouve aussi en moi des pierres précieuses de grand prix et très diverses:
Certaines moins (brillantes), d'autres resplendissantes, pareilles à la flamme.

75- Aux yeux des hommes elles sont multiples et innombrables,
Mais elles furent comptées par le Créateur et reçurent un nom.

76- Elles sont des exemples pour les Justes à la Résurrection:
Certaines brillent moins, d'autres davantage.

77- Il se trouve un autre sens caché symbolique en elles,
Et il est plausible aux oreilles des Sages:

78- Le nombre "sept" des étoiles errantes (9)
Est un exemple de ce monde fugace.

79- Car en tournant sept fois les mêmes mille ans,
La roue s'enfonce dans la fosse après le circuit.

80- Quant à la multitude des étoiles non errantes mais fixes,
Elle est (le symbole) de la huitième période infinie, éternelle.

81- Dans cette période ni les années, ni les mois ne peuvent être comptés:
Ni les temps, ni les parties du temps.

82- Ni le circuit des milliers, des myriades de fois;
Ni celui des myriades, mille myriades de myriades fois.

83- Car ce seul jour unique n'a pas eu d'hiver et n'aura pas de fin:
Il est entièrement resplendissant, sans ombre, tel le soleil.

84- L'univers n'a plus besoin du soleil pour le jour,
Ni de la lune et des étoiles pour éclairer la nuit.

85- Car les créatures lumineuses verront s'évanouir leur lumière,
Lorsque se lèvera la Lumière inaccessible de la Divinité.

86- Et toute l'ordonnance de cet univers sera transformée,
En se renouvelant de la vétusté, comme cela a été écrit.

87- Quant à moi, je m'enroule comme un écrit de testament,
Ou bien tel un parchemin lorsqu'on les approche de l'odeur du feu.

88- Car je suis le voile du Trône royal,
Combien il est caché à cet univers matériel.

89- Et tandis que la Lumière véritable cachée veut se manifester,
Les serviteurs immatériels m'ôtent complètement.

90- Le Grand Roi redoutable vient et descend,
L'Incréé se manifeste à tous les êtres créés.

91- - Il ressuscite les morts qui sont au tombeau;
Il s'assied sur le trône divin pour juger.

92- Il donne aux hommes de bien le Bien ineffable dans le Royaume;
Aux hommes méchants, le feu mauvais de l'enfer, pour toujours, à jamais.

93- A ce moment-là Il m'orne aussi d'une manière nouvelle, admirable,
Ainsi que mes luminaires glorieux d'une façon très merveilleuse.

94- Je ne me déplacerai pour ce qui me manque, comme maintenant,
Car là se trouve uniquement un jour: point de nuit pour l'interrompre.

95- Cieux nouveaux, Terre nouvelle, qui se renouvellent;
Les quatre éléments qui les composent.

96- Ils espèrent, en effet, ceux qui servirent la Tête,
Etre délivrés par la libération de leur tête.

97- A présent, selon la parole du Psaume sacré, chanté par David:
"J'ai parlé, moi, privé de parole, des œuvres de mon Créateur".

98- Les cieux racontent la gloire de Dieu en un silence infini,
Et l'existence des créatures sans bruit.

99- Avec eux moi aussi, serviteur pensant,
Qui ai écrit à la place des cieux ce bref discours.

100- Je contemple les cieux et j'observe tout cela
Et je rends gloire à la nature incréée du Créateur.

LA SAINTE TRINITE

101- Toi qui es l'Etre éternel, ta nature incréée a été innée;
Toi qui es incréé, l'immortalité en fut la conséquence.

102- Mystère profond: Tu portes un nom spécifique "non engendré";
Et l'engendrement de ton Fils ne peut être narré.

103- Toi, Esprit, jaillissement du Père, Tu es inscrutable;
Et l'effusion prise au Fils ne peut être retracée.

104- Comment donc ont-Ils été reconnus qu'Ils sont trine et un?
Mais quelle est ta nature, cela n'a pas été révélé (10).

HISTOIRE DE LA CREATION

105- Les créatures racontent la gloire de Celui qui les a créées,
Les incorporelles et les corporelles qui vinrent à l'existence.

106- Les quatre éléments de l'univers qui furent produits:
Amis et ennemis qui s'unirent.

107- Les multitudes très élevées des immortels qui s'embrasèrent;
Les neuf chœurs des Anges qui s'animèrent.

108- D'autres luminaires possédant notre durée apparurent
Et les sept planètes qui furent établies.

109- Quant à ceux d'en haut (11), bâtis comme splendeurs non errantes,
Furent appelés les douze animaux (12).

110- Perpétuellement immobiles, ils furent décrits comme mobiles;
Ceux qui étaient errants furent appelés non errants et ils furent dans l'erreur.

111- Edifiés avec une nature immobile, cepend nt ils se meuvent,
Ils influent sur le mouvement de ceux qui se meuvent en qui ils furent changés.

112- Avec eux les êtres inférieurs furent établis:
Les genres et les espèces furent classés en trois groupes.

113- Les mêmes qui dans les airs volent et dansent
Furent divisés en terrestres et marins.

114- Tous les animaux qui furent procréés
Par ton ordre redoutable ont été faits.

115- Les générations humaines d'Adam qui furent créées
Ont été façonnées à ton image sans pareille.

116- Elles furent formées d'une manière lumineuse et admirable:
Les (spécificités) célestes et terrestres s'unirent (13).

117- Ils (14) furent plantés dans le Paradis de l'immortalité;
Ils mangèrent du fruit de l'arbre et moururent.

118- Le nouvel Adam (15) devint fils du vieil Adam:
Par la Vierge, - Dieu et homme nouveau - Il fut uni intimement.

119- Doublement Il fut très uni d'une manière indicible,
Et la double nature n'a pas été confondue.

120- Les "réunies" dans la plénitude de la personne ne furent pas divisées
Et l'unité des deux ne fut pas défaite.

121- Celui-ci, Dieu, le même aussi était homme, qui se montra à nous;
Sur la terre parmi les hommes Il vécut comme un homme.

122- Il descendit sur terre et Il ne se sépara pas du Père;
Il monta auprès du Père et Il ne s'éloigna pas de la terre.

123- Il fut fixé sur la Croix à cause d'Adam;
Il goûta la mort par le corps dont Il se revêtit.

124- Il était Dieu, le même aussi était homme qui fut crucifié;
Celui qui donne la vie a volontairement donné sa vie pour celui qui l'avait perdue.

125- Il ne mourut pas, en effet, par sa nature immortelle,
Mais Il mourut par mon corps mortel.

126- La porte verrouillée des enfers fut brisée,
Lorsqu'Il descendit dans le tombeau neuf et y fut enterré.

127- Il ressuscita le troisième jour comme cela a été écrit;
Il se manifesta à ses Onze Apôtres.

128- Le même fut élevé aux cieux comme Il en était descendu;
Le même s'assit à la droite de Celui qui L'a engendré.

129- Mais Il reviendra de nouveau en gloire comme cela fut indiqué
Par les deux Anges16, tandis qu'Il s'éleva.

130- La trompette nous avertit de la résurrection, qu'Il promit;
Du jugement éternel qui fut annoncé.

131- A Lui gloire dans ce siècle qui finit
Et dans l'éternité sans fin qui se fixe.

NOTES POUR LA COMPREHENSION DU TEXTE

1 Le soleil.

2 Il s'agit du soleil.

3 Il s'agit de la lune.

4 Ces sept veilleuses sont les sept planètes connues au XIIe siècle: Vénus(étoile du matin), Mars, Jupiter, Saturne, Mercure, Terre, Lune.

5 De la fin du monde.

6 Les douze signes sont les suivants: le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons.

7 De mes planètes et de mes signes.

8 Les planètes et les signes de zodiaque.

9 Les planètes.

10 Les huit vers des versets 101 à 104 ont été très difficiles à traduire.

11 Les étoiles.

12 Ce sont les douze signes du zodiaque.

13 L'homme a une nature à la fois terrestre et céleste: il est corps et âme.

14 Adam et Eve.

15 Le Christ, Fils de Dieu.

16 Cf. Actes, 1, 10-11.


Partager ce contenu