Révolutions solaires : Naissance ou résidence ?

Quand je dis « chacun », ce sont tous les participants aux séminaires de Saint-Étienne. Ce sont tous les étudiants des cours en ligne.

Ce sont aussi les lecteurs du livre Révolutions solaires pour astrologues efficaces (2011). En regardant les exemples dont les coordonnées sont toutes fournies, il saute aux yeux qu’ils sont tracés pour le lieu de résidence… quand les natifs n’habitaient plus sur lieu natal lors de leur anniversaire.

Comment avons-nous mené cette recherche ? La réponse à cette question me donne l’occasion d’exposer trois chausse-trappes que connaissent bien les spécialistes ayant bénéficié d’une formation universitaire.

Première chausse-trappe : l’argument d’autorité

« Les astrologues arabes et Junctin calculaient les révolutions solaires pour le lieu de naissance. Donc, il faut les calculer pour le lieu de naissance. »

Ou inversement ;

« Morin de Villefranche et Alexandre Volguine calculaient les révolutions solaires pour le lieu de résidence. Donc, il faut les calculer pour le lieu de résidence. »

Quand vous lisez « Tel astrologue a tort car il ne fait pas comme Tartempion » sans autre argument, vous savez qu’il n’a pas compris ce qu’est l’astrologie réellement « traditionnelle »[1].

Seconde chausse-trappe : la confusion de la personne et des idées

Une recherche objective commence par l’exposé honnête des différents points de vue. L’astrologue qui est d’un avis différent du vôtre doit se reconnaître dans l’exposé que vous faites de son approche. Si un astrologue discute tel ou tel aspect de l’astrologie karmique, humaniste, traditionnelle, un spécialiste de l’astrologie karmique, humaniste, traditionnelle doit se retrouver dans l’exposé de son point de vue. Sinon, le premier ne fait que discuter l’idée qu’il s’en fait.

La critique confondant les personnes et les idées traduit généralement la supériorité de l’interlocuteur. Quand vous lisez un « argumentaire » ponctué de flèches perfides dirigées contre la personne, c’est l’indice qu’il y a probablement beaucoup de vrai dans le point de vue… opposé.

C’est un tel exposé, respectueux des deux points de vue (naissance et résidence) qui se trouve dans Révolutions solaires pour astrologues efficaces. Chacun peut ainsi prendre connaissance des données du problème.

Troisième chausse-trappe : les certitudes (et rêveries) du « promeneur solitaire »

Chacun a ses biais et ses limites. Ils sont dus à son histoire, à sa structure mentale. Penser en être exempt, c’est se bercer d’illusions. Rien ne se fait seul, ou en jugeant sans entendre la parole d’autrui.

Pour les révolutions solaires, nous nous sommes donc attelés à la tâche. Quand j’écris « nous », il ne faut pas lire là un pluriel de majesté qu’utiliserait – hors contexte littéraire - un astrologue au moi très en forme. C’est vraiment « nous ». C’est-à-dire la joyeuse équipe des participants aux séminaires de Saint-Étienne.

Depuis des années, au cours de chaque séminaire, nous étudions collectivement une quinzaine de cas apportés par les participants. Ensemble, nous avons repris la révolution solaire à la base, en confrontant à la réalité les techniques disponibles.

Junctin insistant sur l’usage des Parts dans la révolution solaire, Volguine allant dans le même sens pour les thèmes de naissance, nous (la joyeuse équipe…) avons introduit dans la révolution la Part en rapport avec l’événement majeur de l’année. Les résultats furent spectaculaires et fructueux. Alain Ponsot et Damien Charrier nous ont ensuite rendu un immense service en produisant, pour le premier la feuille Excel regroupant les Parts disponibles[2], pour le second un format « spécial révolutions solaires » destiné aux utilisateurs de Solar Fire[3]… Ce que je n’aurais techniquement pas su faire. Nous progressons ensemble.

Les Parts sont extrêmement sensibles à l’heure et au lieu pour lesquels elles sont calculées. En comparant les révolutions tracées pour les lieux de naissance et de résidence, les configurations étaient régulièrement plus étroites dans les secondes. Au point que, bien souvent, l’aspect cité était partile.

Depuis près de cinq ans, nous avons donc conclu en faveur du lieu de résidence pour les révolutions solaires sans correction de la précession, qui ont seules fait l’objet de cette recherche.

En conclusion

Je vous invite à faire de même. Pas à « calculer obligatoirement les révolutions comme je le fais ou comme Machin le fait », mais à procéder à la comparaison en recourant aux Parts. Je suppose que vous parviendrez aux mêmes conclusions.

[1] La tradition, c’est la transmission. Mais pas la transmission de n’importe quoi. C’est la transmission du vrai et du beau. C’est la transmission de ce qui a réussi séculairement. Aucune œuvre humaine n’étant parfaite, chaque génération a le droit d’inventaire.

[2] Cette feuille Excel est téléchargeable gratuitement sur http://www.devenir-astrologue.com/astrocours-blog-denis-laboure/25-outils-gratuits/astrologie-occidentale/46-calcul-des-parts.

[3] Ces fichiers sont téléchargeables gratuitement sur le site de Damien : http://www.horizondedemain.fr/solar-fire-telechargement/.

Partager ce contenu